Catégories
Non classé

Pourquoi vous finissez épuisée et décue de vos journées…

Nous n’avons pas appris à plannifier notre temps.
Nous avons tous et toutes cette tendance à être trop optimistes quand nous organisons nos journées. C’est un biais naturel que les neuroscientifiques ont vérifié.

Avant de me former puis de m’approprier les outils pour qu’ils deviennent créatifs et pas rébarbatifs, si j’estimais qu’une présentation allait me prendre 2h, je bloquais un créneau de 2h dans mon agenda. Ni plus, ni moins.

Mais le moment venu, et après avoir passé mes 2heures à travailler sur ma présentation, je réalisais que cela m’en prendrait au moins le double, parce que j’avais oublié dans mon estimation, de penser au temps pour rassembler des informations, faire des corrections, de la mise en forme…

Résultat, mon planning tombait trop souvent à l’eau et je prenais du retard régulièrement sur mon travail… ce qui fait que j’augmentais mes heures de travail (quand on est à son compte, c’est facile et, c’est un des facteurs qui nous amène vers l’épuisement 😩…)

Cette erreur est fréquente.
Vous la faites même certainement…

Et, elle s’explique par ce biais cognitif connu – l’optimismequi nous fait penser que nous sommes toujours en pleine possession de nos moyens – donc toujours productifs et concentrées – corrélé à notre notion du temps faussé…

Ces 2 erreurs expliquent ce à quoi vous assistez dans votre réalité :

  • vous avez une charge mentale au taquet et une todolist à rallonge irréalisable !
  • vous surchargez votre planning
  • vous finissez vos journées déçue de vous-même
  • vous avez les sentiments d’être improductive, nulle, pas assez « organisée »…
  • vous vous accrochez à vos échéances et terminez de travailler bien trop tard (ou trop tôt…)
  • et votre moral en prend un coup journée, après journée…

Heureusement, il existe une astuce simple pour la corriger.

Toutes les personnes qui l’adoptent parviennent à mieux planifier leurs journées grâce à elle, à condition de l’appliquer jusqu’à ce que cela devienne un automatisme !

Dans son livre La charge mentale des femmes, Aurélia Schneider propose cette astuce de gestion du temps, et voici comment procéder :

Étape 1 : Listez vos tâches et à côté de chacune d’entre elles, notez le temps dont vous estimez avoir besoin pour les réaliser.

Prenez cette étape comme un jeu, vous allez de toute façon vous tromper 🙃 ! Plus vous jouerez, plus vous « gagnerez » au jeu de l’estimation de temps 🎲 !

Ex : Préparer une présentation 2h = temps estimé

Faire mon sport 2h = temps estimé

Étape 2 : Chronométrez vos tâches puis notez le temps qu’elles vous ont réellement pris à côté du temps estimé.

Cette étape est FONDAMENTALE pour la suite. Ayez à portée de main un chronomètre (sur votre téléphone, par ex…) et mettez vous un post-it pour penser à le mettre en marche.

Ex : Préparer une présentation (2h / 3h temps réalisé)

Faire mon sport 2h / 3h (je n’avais pas pris en compte le temps de me changer ni le trajet Aller/Retour pour y aller)

 Étape 3 : Divisez le temps réellement passé par le temps estimé.

Ex : Préparer une présentation (3/2 = 1,5)

Faire mon sport 2h / 3h (3/2 = 1.5)

Le résultat que vous obtenez s’appelle le Taux de Rendement Synthétique (ou ratio de Fudge).

Grâce à lui, vous saurez combien de temps vous devrez prévoir en plus à partir de maintenant pour accomplir certaines de vos tâches.

Dans les exemples cités ci dessus, vous saurez par exemple que vous devrez prévoir 1,5x plus de temps pour faire vos présentations, et votre sport. Et, dans le tableau ci dessous, vous avez un exemple où la personne a fait une moyenne pour l’appliquer en systématique.

Ce ratio est particulièrement utile pour planifier vos semaines, mais il n’est pas suffisant. 

Si vous voulez planifier efficacement, vous devez aussi savoir sur quelles tâches travailler.

Tous ces détails, nous les voyons dans la formation Sacré temps, que vous pouvez découvrir ICI.


C’est grâce à ces mises en action que je ne vis plus ces journées à rallonge où j’ai cette désagréable sensation de ne pas avancer, de m’éparpiller ou de perdre mon temps et de râler sur les autres…. parce que je suis débordé, frustrée, et … stressée… ! 😉

Catégories
Non classé Une vie en équilibre

Une histoire malheureusement trop fréquente…

Celle de femmes, qui vivent successivement ces différentes phases menant tout droit au burn out…

1. L’engagement plaisir = une période plus ou moins longue où tu t’investie à 1000 % dans un domaine avec curiosité, plaisir et sans compter ton temps (l’éducation de tes enfants, un nouveau job, une reconversion,….)

Catégories
Inspirations Une vie en équilibre

La respiration au carré

Garder son sang froid n’est pas toujours facile lorsque les journées sont surbookées et que la charge mentale est au taquet…

Et, on ne peut pas, non plus, toujours avoir le temps de s’asseoir pour faire quelques dizaines de minutes, du journal créatif®…


Alors, je pense que vous savez l’importance de bien respirer, mais vous ne savez peut-être pas bien comment faire ni combien, une respiration volontaire, peut aider à ramener au calme.


Voici, donc, aujourd’hui une courte vidéo qui vous explique simplement cette technique du souffle !


Allez, ne vous privez pas de cette respiration qui est, à votre portée, naturelle, efficace… et que vous pouvez aussi proposer aux enfants !

Isabelle

Catégories
Inspirations Une vie en équilibre

Se détendre

Vous avez un moment devant vous, et vous avez envie/besoin d’ouvrir votre journal créatif® ?

Vous n’avez pas de raison particulière, juste envie de vous faire plaisir !

Alors, cette invitation va vous plaire car c’est exactement son intention !

Car, oui, nous avons le droit de nous arrêter pour prendre un temps joyeux et simple avec nous même !

Catégories
Gestion des émotions

Frustration

Si tu es comme moi, tu t’adaptes régulièrement aux imprévus… surtout depuis la crise sanitaire. Les tests positifs, les masques à porter, les lieux où il faut maintenant réservés… et les changements de pratique ou de façon de faire…

Cela provoquent des incompréhensions, des changements de programme, des annulations de dernières minutes… et donc des adaptations.

Cela engendre pour toi, du stress, de la frustration et de l’impuissance… Pas très satisfaisant…

Quelques explications … et une proposition créative !

Catégories
Gestion des émotions

Boule de colère

Une vidéo improvisée – 3mins30 – pour une proposition créative simple, rapide et ludique – que tu pourras faire avec tes collègues ou tes enfants!

Catégories
Inspirations

Une case par jour

Quand on manque de temps, ou d’idées, voici un petit truc (déjà évoqué ici).

  • Préparez à l’avance vos cases de la semaine, ou du mois. Adaptez le nombre de lignes en fonction de votre réalité. Vous pouvez en faire 4 pour 1 case/semaine, ou en mettre 5 par lignes pour avoir 2 jours/semaine sans RDV créatif.
Catégories
Inspirations

Du gribouillage …

Gribouiller… oui, ça aussi c’est permis dans son journal !

J’avoue que cette technique fait danser la petite fille qui est en moi ! 
Cette technique est intéressante quand on a un peu de temps (5 mins suffisent) mais… pas d’idées. Et comme tout le monde sait gribouiller, même les enfants, vous pouvez tenter cette expérience pour rigoler, seule ou accompagnée, quand votre humeur est maussade – histoire de voir ce qui apparaît – ou que vous ne pouvez pas aller vous balader, danser, voir vos amis,…


Avec le gribouillage, il y a un vrai lâcher prise : aucune pression sur le résultat… enfin libre ! C’est ce qu’on appelle le processus, si important dans le journal créatif®.

Catégories
Inspirations

Les 3 casquettes de l’entrepreneure

Que tu sois entrepreneure – débutante ou expérimentée – il est bon de connaître et faire vivre ces 3 casquettes qui peuvent nous perdre, nous fatiguer et nous stresser…

1. Celle du savoir

2. Celle du savoir être

3. Celle du faire savoir

Le savoir
Quand on crée son activité, on en a forcément, et c’est pour ça qu’on se lance : pour partager notre savoir.
Il correspond à nos diplômes et nos compétences acquises dans notre vie pro/perso.

La vigilance à avoir avec cette casquette, c’est de vouloir toujours apprendre, apprendre, apprendre, se former ici, puis là, et encore là… et de ne jamais vraiment passer à l’action ni mettre en oeuvre ce que nous venons d’apprendre (ça sent le vécu ça, non ?…) !
Dans ce cas là, il est souvent en lien avec notre syndrome de l’imposteur…

Le savoir être

En tant que femme et maman, on en a et… parfois même « trop ».

Je m’explique.

C’est souvent ce qui nous « perd » : nous sommes trop au service des autres, trop « empathiques », on ne sait pas refuser ni vraiment dire non… et par conséquent, notre temps est grignoté par des petites actions/aides – anodites prises séparemment – mais qui font que nous n’avons plus assez de temps ou d’énergie pour des actions essentielles au développement de notre activité !

Il y a bien évidemment également, la question de la gestion de nos émotions qui rentrent en jeu dans le savoir être.

« Comment faire si j’ai peur de prendre le téléphone pour me présenter « 

« Comment faire si je n’ose pas dire tel ou tel chose de peur du jugement/du regard de l’autre »

« Comment gérer ma timidité  »…

Malheureusement, si nous ne les apprivoisons pas, ces émotions, si nous ne décodons pas leurs messages, elles entraînent procrastination, gorge serrée/nouée, irritation, sentiment d’être perdue… et également de l’immobilité qui coûtent chers à notre sérénité et santé…

Et, la dernière casquette est celle du faire savoir !
Et c’est LA vraie différence avec le salariat !
Comment se rendre visible, audible, se « vendre », comment présenter notre activité, nos prix, comment monter une stratégie de communication … tout ces domaines spécifiques sont passionnants – bon quand même parfois flippants aussi – mais on les découvre les uns après les autres quand on s’installe !

Ce dernier volet, celui du faire savoir, est souvent celui qui est laissé de côté ou fait par saupoudrage ou avec peu de confiance (je suis passée par là et y passe encore ;+)… ce qui nuit gravement à notre activité.
Ce dernier est indissociable de la pérennité de notre activité.
Donc, un petit conseil : même si tout n’est pas parfait, passe à l’action, ne reste dans ton coin, isolée et sans client.e.s !

Pour résumé.

Si tu es à ton compte, tu as ces 3 casquettes à honorer.

Celle du savoir, du savoir être et du faire savoir... avec son lot d’émotions à apprivoiser pour en faire des alliés.

Dis moi en commentaires si tu découvres ces 3 casquettes ou si tu les connaissais ?

Et, si tu en avais déjà connaissances, y en a-t-il une ou plusieurs que tu préfères ou une que tu as plus de difficulté à mettre ?

Catégories
Non classé

Astuces rapides quand vous êtes en colère

Je profite de cet article pour répondre à toutes celles qui me disent : ah ba, oui, je sais que je suis en colère, mais je ne peux hurler quand même ! Alors, comment je fais ???

Alors, voici ici quelques pistes quand vous êtes en mode mode « cocotte minute » ou  « attention, je vais bientôt me transformer en dragon » (ça les enfants comprennent très bien ce que ça veut dire ;+) :

👧 Mettez de la distance entre la situation et vous même – en changeant de pièce par exemple – et prenez au minimum 3 respirations amples

👧 Imaginez vous avec un énorme marteau et faites comme si vous vouliez rentré en morceau de bois dans une terre très dure : l’énergie va se diriger vers le bas et vous l’extériorisez (versus vous la gardez en vous…)

👧 Mettez une danse que vous aimez et mettez vous en mouvement en marquant bien le rythme. Criez, chantez si vous le souhaitez et ressentez le besoin : vous pouvez même demander à tout le monde de se laisser aller pour une petite minute ou 2 de décompression ;+)

👧 Sentez en respiration ample, de l’huile essentielle de Lavande ou de Camomille Romaine

👧 Prenez votre journal – ou une feuille blanche – et votre matériel créatif de base. Écrivez ce qui vous touche en écriture automatique spontanée (sans réfléchir ni faire attention aux fautes d’orthographe). Prenez ensuite une ou deux couleurs qui symbolisent l’énergie dont vous avez besoin et appliquez les comme vous avez envie. Finissez en collant une image qui vous apaise – ou qui vous amène de la force – et un titre ! Un exercice qui vous prendra entre 10 et 30 mins en fonction de la force de l’émotion du moment 

👧 Criez dans un coussin – ça vous pouvez le proposer à des enfants très jeunes ;+)

👧 Pratiquez l’OSBD – ce que j’Observe, ce que je Sens, ce dont j’ai Besoin, ce que je Demande – venu de la CNV (Communication Non Violente)

👧 Faites une routine d’EFT (Emotional Freedom Techniques)

Partagez en commentaires si vous avez d’autres façons d’accueillir vos émotions ou si vous avez testé l’une ou l’autre de ces propositions.

Ah, et si vous êtes intéressée par les sujets de la CNV ou de l’ETF, faites le moi savoir en écrivant CNV et/ou EFT à contact@papiercaillouxstylo.fr ! 

Catégories
Non classé

Charge mentale et instants suspendus

Devenir mère ou être à son compte ! Quel challenge !

Cela demande de la patience, de la confiance, du lâcher prise, de la remise en question, de la communication, ….

Cela demande aussi de se lever le matin en forme et la tête sur les épaules !

Quand les enfants sont petits, la liste est longue comme le bras (préparation du petit déj’, débarbouillage, habillage, préparation des sacs d’école… )avant de les déposer à l’école ou chez la nounou… et… partir ensuite, pour notre journée de travail, où là aussi, on doit être bien réveillée.

Quand on crée son activité, c’est tout pareil … Il faut penser à tellement de choses aussi !
Comment faire sa carte de visite, ses plaquettes, son logo, appeler les éventuels partenaires, quoi leur dire et comment leur dire, quels prix, quels services/accompagnements, faire sa comptabilité, les délacrations à l’URSSAF ou autres instances ….. et j’en passe…

Entre responsabilités familiales et professionnelles, la charge mentale est au taquet…

Avec des enfants plus grands, le « travail » est différent, mais ils ont besoin de nous, ils ont besoin d’être secondés, qu’on garantissent les règles, le cadre… pas facile tous les jours… et si vous êtes maman solo, c’est un « level » plus haut.

Et quand ça fait quelques années que vous êtes à votre compte, c’est encore beaucoup de décisions et de prise de positions…

Tout ça pour vous dire, que notre todolist – de maman ou de femme à notre compte, est, et sera, toujours sans fin…

Question : Si vous l’avez sous la main, regardez la : y a-t-il une seule chose pour que vous puissiez reprendre votre souffle, pour vous faire plaisir, ralentir,… ?

Si ce n’est pas le cas – et c’est ce que je préssens – essayez d’en rajouter une par jour, une qui prend quelques minutes par jour – pas la journée de rêve où vous n’êtes ni au travail, ni à votre rythme, sans les enfants :

Prendre le café au soleil en disant aux enfants de ne pas vous déranger pendant 5 mins, appeler une copine, faire une balade en amoureux, regarder les nuages passer, respirer les yeux fermés, prendre ses crayons pour écrire, gribouiller un peu, sentir le parfum des fleurs, …

Pour amener les enfants à vous laisser tranquille pendant quelques minutes, prenez un chronomètre ou mettez une alarme sur votre téléphone… que vous mettez aussi loin de vous … éviter d’être couper dans votre calme…

Moi, ce qui m’a aidé, c’est :

1. faire une liste de tout ce que j’aimais faire avant d’être mère et que je ne faisais plus par manque de temps (mais aussi de culpabilisation et de mon hyper-empathie…)

2. Découper les idées sous forme de bande

3. Les mettre dans une enveloppe, dans votre sac à main, ou dans un tiroir au boulot

4. En tirer une chaque jour

5. La mettre en œuvre !

Certains jours, j’oubliais de la tirer, ou alors je le faisais en fin de journée, et là, je n’avais plus assez de temps pour la réaliser.

Je vous invite donc à améliorer le processus en tirant la bande le matin, pour avoir toute la journée pour la réaliser !

Aujourd’hui, je n’ai plus besoin de bandes, je me connais, et j’ai expérimenté le fait qu’avec ces instants suspendus, je suis mieux dans mes baskets, et donc, plus agréable avec moi même et mon entourage !

Allez, à vous de jouer maintenant !

Réalisez votre liste, trouvez vos trucs faciles à mettre en œuvre dans votre quotidien, coupez vos bandes, mettez les dans une enveloppe et obligez-vous à en réaliser une par jour ! Histoire de vous faire passer en 1er au moins 5 mins dans votre journée… vous le méritez !!!

Je compte sur vous,

Isabelle

Catégories
Gestion des émotions Inspirations Une vie en équilibre

Ah… les émotions !

Sans gestion des émotions, il est difficile de se rendre vraiment disponible pour les autres. Et, sans la connaissance de nos besoins, du fonctionnement de notre corps, de nos habitudes ancrées conscientes et inconscientes, nous aurons tendance à :

💪  toujours dire « oui »

💪  se laisser envahir par les besoins des autres

💪 se sacrifier

💪 courir toute la journée

💪  se faire passer en dernier

💪 avoir une todolist à rallonge, sans avoir une seule chose pour nous faire plaisir ou souffler un peu

💪  ruminer des pensées …


Mais, comment ça se fait ?

Et bien, pour beaucoup d’entre nous, nous n’avons pas appris à nommer les émotions, les accueillir, les soulager et les transformer.

Ni même à savoir ce qu’est un besoin, qui est à la base de notre équilibre et d’une vie épanouissante ! Vous rajoutez à cela, ce qui se passe dans notre inconscient, et qui nous fait agir selon des « sois parfait, soit fort, fais plaisir… », nous regardons notre vie passer… et nous sommes de plus en plus envahie par des émotions désagréables, une fatigue accrue, ou des maux corporels (signes d’alerte lancés par votre corps).


On nous a, dans notre enfance, plutôt appris à dénigrer les émotions et à ne pas les montrer.

Certains les appellent même « émotions négatives » – je déteste – alors qu’elles sont là pour nous mettre en mouvement, répondre à un besoin non satisfait, nous protéger, nous permettre de partager ou de nous mettre en lien, en ce qui concerne la joie.

Isabelle Filliozat, dans son livre «l’intelligence du cœur », dit que « Nos émotions sont le sel, le « fertilisateur » de la vie. Elles font les relations riches de sens et fertiles. Le silence, c’est la mort de la relation. »

Je dirai même plus. Si nous ne connaissons pas nos émotions, que nous ne les nommons pas, que nous faisons comme si elles n’existaient pas, c’est comme s’il y avait un mur de pierre qui nous coupait de nous même et des autres.

Quand on connaît l’origine de ce mot, on est en droit de se dire que nous aurions tout intérêt à les regarder en face et apprendre d’elles.

En effet, « émotion » provient du mot français  « émouvoir ». Il est basé sur le latin emovere, dont e- (variante de ex-) signifie « hors de » et movere, « mouvement ».

Elles apparaissent suite à un déclencheur – souvent extérieur – pour que nous réagissions à la situation : elles déclenchent en nous toute une réaction neuronale/hormonale qui inondent notre corps et nous fait changer de comportement.

Une émotion dure environ 6 secondes si elle est accueillie, déposer, transformer (regarder les enfants, champion de la spontanéité et de l’authenticité – qui passent du rire aux larmes !)

Nous avons donc, la possibilité et le devoir – surtout, en tant que parent, enseignant, assistant maternel, infirmier, éducateur de jeunes enfants, psychologue, thérapeute, animateur.. – de nous en saisir, de ne pas les laisser nous envahir, d’apprendre à les transformer pour continuer d’avancer le plus sereinement possible et montrer l’exemple !

Dites, comment faites vous pour gérer vos émotions ?

Moi, vous le savez, c’est journal créatif®, mouvements, EFT et respirations !

Catégories
En ce moment Inspirations Non classé Pensées

Comme le coquelicot

Et si nous prenions exemple sur le coquelicot, fleur qui apparaît aujourd’hui en ce mois d’Avril/Mai, un peu partout ;+)

« Cette fleur est frêle et vulnérable et pourtant, elle se tient droite, dressée vers le ciel. Elle est d’une couleur intense, elle est pleinement elle-même. Elle fleurit partout où ses graines se posent, du champ de blé au pierrier, des bords de la route à la profondeur des grandes prairies. Elle est capable de trouver ce qu’il lui faut dans la terre où elle s’enracine, elle n’a pas besoin d’arrosage ni d’engrais, elle accueille les pluies du ciel. Elle ne craint pas le soleil, ni l’aridité. Elle embellit n’importe quel lieu où elle fleurit. Elle sait s’effacer lorsqu’elle a donné ce qu’elle était appelée à donner. » texte de Rosette Poletti

Vous pouvez dessiner la fleur du moment (le muguet, le coquelicot, le pissenlit…) dans votre journal :

Étape 1 : dessinez la de façon simple et amusante, en fermant les yeux ou en ne faisant qu’une ligne (c’est-à-dire en ne levant jamais votre stylo) ou encore en ne regardant jamais votre feuille

Étape 2 : mettez de la couleur pour mettre en beauté votre œuvre et

Étape 3 : écrivez si vous avez envie sur le contour de votre fleur

Étape 4 : concluez par un titre, une réflexion, un poème avec quelques mots de votre écriture !

J’ai réalisé cet exercice le mois dernier avec les narcisses !

Un moment « bienvenue » dans une période un peu speed… Même si je n’ai pris que 15 mins à réaliser cette page, ce temps a sauvé mon humeur et ma fin de journée ! Et, oui,… le plus difficile, c’est encore de s’autoriser à s’arrêter dans sa journée ! Mais c’est à chaque fois pour moi, salvateur !

Joyeuses créations !

Si vous souhaitez partager ci dessous ou en MP vos œuvres, émotions, surprises, conclusions… soyez les bienvenues !

Isabelle